Après un nez d’essai la semaine passée

Deuxième atelier clown ce matin, à la porte ouverte (accueil de jour des sans domicile de Laval)

 Il est 10 heures, j’arrive avec mon sac à dos rempli de nez rouges, d’un grand rideau qui va bientôt se transformer en coulisse pour les petits clowns et avec la liste des thèmes de jeu que je souhaite explorer avec eux ce matin.

Quel plaisir de voir tous les enfants présents  former un petit troupeau joyeux dès la porte franchie, et vouloir à tout pris voir ce que j’avais dans mon sac.

Je ne les ai eus que trois fois en atelier d’arts créatifs, et çà y est la Mayonnaise est prise !

Ils sont une petite huitaine, seulement la moitié parlent français, ils ont tous en commun le manque et l’envie de jouer.

J’ai tenté la peinture, le collage, les masques, mais sans aucun doute c’est le clown qu’ils préfèrent.

45 mn, c’est le temps que je les ai gardés un minimum présents.

C’est une réussite, même si sur ce temps nous en avons passé la moitié à poser et reposer le cadre…

Être clown. C’est comment ? Est-ce que c’est faire n’importe quoi ? Eh non ! Pour ne pas faire n’importe quoi, il y a des règles, des règles du jeu, que j’ai écrites en grand sur une affiche. Et les règles il faut les respecter sinon on rend son nez et on sort!

Ils sont turbulents ou très silencieux, ils vivent hors du cadre, ils ont vu des choses trop dures pour des enfants, il faut réapprendre les règles de la patience, du respect, de la douceur, du silence…

Il m’a fallu beaucoup d’énergie pour contenir ce petit monde, comme une poule avec ses poussins, mais quel plaisir quand ils ont tous rit, à faire le jeu du miroir, du copie-moi, du clown qui vient de reçevoir une torgnole…

Même les tous petits, sans parole, il a suffi qu’un  clown montre pour que les autres comprennent la consigne.

Nous continuerons samedi prochain à explorer un thème et le mettre en jeu, découvrir les clowns  et les faire vivre au fil des samedis.

Ce n’est pas tout à fait conforme à la théorie, je m’adapte… Par exemple , ici on ne met pas toujours son nez uniquement derrière la coulisse, ce serait priver les petits clowns d’un grand bonheur que de les empêcher de courir vers leurs parents fiers d’avoir un gros nez rouge !

Nous vivons une intense expérience de groupe, bienveillante, turbulente et joyeuse.

Nous n’en sommes pas encore au clown qui prend conscience de ses émotions, qui lâche prise…

Dans un premier temps nous allons continuer à nous amuser, chanter à tue-tête,  faire semblant de boire dans un verre qui n’existe pas, ramper sur le sol en faisant croire que c’est de l’eau et qu’on nage, dire qu’on est un ours qui a avalé un téléphone…

Une réflexion sur “Après un nez d’essai la semaine passée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s